Association des citoyens de Hawkesbury

Accès aux membres seulement

AAQ.CA Autochtones Indiens
C’est un départ! 2,6 M$ pour l’usine de traitement des eaux de Hawkesbury

Le Carillon, mercredi 20 février 2008

C'est un départ! 2,6 M$ pour l'usine de traitement des eaux de Hawkesbury
par richard.mahoney@eap.on.ca

Le deputé de Glengarry-Prescott-Russell, Pierre Lemieux et le directeur adjoint aux operations, Harold Wilkinson, à l'usine de traitement des eaux de Hawkesbury.

«Nous allons prendre cet argent et nous sauver avec», a lancé la mairesse de Hawkesbury, Jeanne Charlebois, après qu'elle a appris que le gouvernement fédéral contribuerait pour une somme de 2 630 000 $ pour la remise en état de la problématique usine de traitement des eaux de la municipalité.

«C'est un départ rapide», a dit Mme Charlebois au député de Glengarry-Prescott-Russell, Pierre Lemieux, venu annoncer l'octroi de ces fonds gouvernementaux. La municipalité fonde maintenant ses espoirs sur le gouvernement provincial pour couvrir la balance de l'investissement nécessaire pour remettre ces installations à niveau. Rappelons que, depuis 2005, l'usine ne rencontre pas les normes provinciales, ce qui a incité le ministère de l'Environnement à engager des poursuites judiciaires contre la municipalité.

Le coût total des travaux devrait être connu en mars ou en avril, quand l'étude commandée à la firme d'ingénierie Thompson Rosemont sera enfin complétée. « Je ne veux pas commencer à extrapoler sur des cas de figure. Je ne veux pas effrayer la population », a commenté Mme Charlebois au sujet du coût des travaux.

L'automne dernier, des représentants de Thompson Rosemont ont indiqué que les coûts d'une nouvelle usine avoisineraient les 35 à 40 millions de dollars. Une alternative moins dispendieuse, soit améliorer l'usine existante, baisserait la facture à moins de 30 millions. Par ailleurs, la cause devant les tribunaux devrait être entendue eau mois de mars. Des discussions ont toutefois eu lieu entre le ministère ontarien de l'Environnement et les responsables municipaux.

Pierre Lemieux a tenu à souligner qu'il n'y avait pas d'obligation spécifique de rattachée à la contribution fédérale. Habituellement, en vertu d'une entente conventionnelle, il y a partage des coûts. La municipalité aurait à défrayer un tiers de la facture, alors que le reste serait partagé à parts égales entre les deux paliers de gouvernement.

Un des principaux problèmes entourant les installations actuelles, c'est la capacité de stockage des boues usées. L'usine produit environ 14 000 mètres cubes de boue annuellement. L'Ontario Clear Water Agency, qui gère l'usine, élimine environ 6 000 mètres cubes en les vaporisant sur des terres arables. Le reste se retrouve dans la rivière des Outaouais.

Construite en 1978, l'usine était propriété du gouvernement de l'Ontario, qui en assurait aussi la gestion. Queen's Park en a toutefois transféré la gestion à la municipalité en 1994.

Télécharger cet article au format PDF


Haut de la page

Site en conformité avec le jugement 2002 CSC 14.27704
de la Cour Suprême du Canada en date du 21 février 2002

La Révolte des Victimes: connaître et faire respecter ses droits

Copyright © Jean Jolicoeur. Tous droits réservés.

Panneau d'administration